POLAR

Ou la stupéfiante histoire d’un tango enflammé

Création 2010

FR

Coup de projecteur sur une femme aux cheveux tirés. Paniquée, en proie à un assassin que le public ne voit pas, elle s’effondre. Cinq comédiens vous entraînent alors dans la vie animée d’un cabaret à l’ambiance de Buenos Aires où la jeune femme côtoie des musiciens un peu gangsters. Les relations se compliquent et se révèlent lorsqu’un coffre-fort, attisant les convoitises fait son apparition. Le piano explose, les chapeaux flambent, les éventails s’embrasent, ici le feu est arme de séduction, poudre aux yeux et pluie d’étoiles.

La compagnie Bilbobasso continue avec ce « POLAR », au carrefour entre le roman noir, le cinéma muet et le théâtre de rue à interroger et approfondir l’alliance du Tango Argentin, de la musique et de l’art du feu dans la rue comme vecteur d’images poétiques fortes et d’émotions brutes.

EN

POLAR, the astounding story of a fiery tango.

Lights are shed on a woman with her hair drawn back. She’s in a panic, fearing the presence of a killer that the audience can’t see, she falls down. Five actors then take you along with them into the lively atmosphere of a Cabaret in Buenos Aires where the young lady hangs out with gangster-looking musicians. The relationships get complicated and reveal their truths as a stolen safe appears and stirs up everyone’s lust.
The piano explodes, the hats blaze, the fans flare up, fire, here, is an arm of seduction, sparkles in the eyes and star-studded rain.

The Bilbobasso company, with its show « Polar » where the thriller genre meets silent film and street theatre, goes on with its investigation and interrogation on Argentinian Tango combined with music and the art of fire in the street, as a vector of strong poetical images and rough emotions.

SP

POLAR, O la fabulosa historia de un tango encendido

Enfoque sobre una mujer joven, con el cabello recogido. Está aterrorizada, luchando con un asesino que el público no ve, muere.
Cinco actores nos llevan entonces hasta el bullicio de un cabaret, el ambiente tiene algo de Buenos Aires, la joven frecuenta músicos un poco gánster .Se descubre su universo, la vida diaria de esta taberna llamativa donde cada noche vibran los acordes menores de un grupo musical, tribu de melómanos supervivientes de la vida.

Aparece una caja fuerte, robada por el gánster, que suscita la codicia de todos. La envidia alumbra los ojos de cada protagonista las mascaras caen poco apoco. Se adivina lo que está en juego, los enredos, las enemistades, los secretos. Se descubre la naturaleza de los lazos que los unen los unos a los otros, los que se quiebran, los que nacen por interés o aumentan bajo el impulso del amor .La tensión aumenta. Las relaciones se complican, el piano destella, los sombreros arden, los abanicos se encienden el fuego se convierte en una arma de seducción, magia, ilusión y lluvia de estrellas.
¿Cuáles son los motivos? se nos antoja todo claro, pero…

Durée: 50 min

Direction artistique: Hervé Perrin et Delphine Dartus
Avec: Hervé Perrin, Delphine Dartus, Elodie Bernardeau Ortega ou Faustine Berardo, Patrice Meissirel ou Willem Meul, Gonzalo Gudino ou Grégory Veux
Technique: Florent Pellen
Constructions, effets spéciaux: Guillaume de Baudreuil et Yohanna Biojout
Costumes: Souen

AIDE À LA CRÉATION ET ACCUEIL EN RÉSIDENCE :
L’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue de Sotteville-lès-Rouen / Le Fourneau, Centre National des Arts de la Rue de Bretagne / Association Alarue, Festival Les Z’accros d’ma rue de Nevers

SOUTIEN À LA CRÉATION :
Ville de Besançon / Conseil général du Doubs / Conseil régional de Franche-Comté

AIDE A LA DIFFUSION EXTRA-RÉGIONALE :
Conseil Régional de Franche-Comté / Ville de Besançon

Voir la presse

Ouest France, 4 août 2010

Le Télégramme, 3 août 2010

Ouest France, supplément « Sorties de Bains », 22 juillet 2010

Journal du Centre, 12 juillet 2010

Est Républicain, 16 mai 2010

Le Télégramme, 17 mars 2010

Journal du Centre, 6 février 2010